Une bonne année pour la reproduction des sifaka – recensement en août 2012

Seize nouveaux nés ont été recensés survécu dans la Parcelle 1 de la Réserve après douze mois. C’est le triple du taux de survie de la cohorte de naissance 2010. La première année de la vie est une période de risque considérable pour les nourrissons sifaka, et la mortalité est particulièrement élevée pour les années de faibles précipitations. Une étude récente à Beza Mahafaly (Rasamimanana et al., 2012) a démontré une forte corrélation entre les précipitations et production de feuilles et de fruits, ressources importantes des sifaka. Cela suggère que le taux de mortalité élevé enregistré dans la cohorte de naissance 2010 pourrait être une conséquence du stress nutritionnel associé au faible niveau de précipitation de cette année. Le motif de décès au cours de l’année suggère que l’échec de lactation chez les mères a joué un rôle important. La bonne nouvelles pour la population Sifaka que les nouveaux nés en 2011 ont fait beaucoup mieux en 2012.